La première étape est le choix de l’axe opportun pour la mise en place d’une ligne de covoiturage. Ce choix doit reposer sur plusieurs paramètres, notamment l’analyse du trafic routier en heure de pointe et en heure creuse, la présence ou non d’un service de  transport collectif et son niveau de fréquentation, la possibilité d’accès à cet axe par les piétons (à pieds, en vélo, en voiture), la possibilité d’y implanter des stations auxquelles les voitures peuvent s’arrêter en toute sécurité…

Ce choix doit s’appuyer sur le plan de mobilité, lorsqu’il existe, qui fournit le diagnostic et la planification stratégique de la mobilité sur le territoire et permet d’identifier les priorités.